The Revenant (2016) – Au prix du sang, au cœur du froid et au nom de la vengeance

Après avoir affiche the revenantconquis un large public de cinéphiles, et remporté quatre statuettes, avec Birdman, une profonde et dantesque mise-en-abyme sur un acteur de superproduction repenti au théâtre de Broadway, sorti il y a tout juste un an, Alejandro González Iñárritu (Babel, 21 Grammes) nous offre un nouvel édifice à son œuvre.

Le grand dompteur des derniers oscars est de retour, avec le très attendu et médiatisé long métrage The Revenant, adapté du roman éponyme de Michael Punke. Le film a déjà remporté plusieurs prix, dont récemment le prix du meilleur réalisateur, de la meilleure photographie, ainsi que du meilleur acteur pour Leonardo DiCaprio.

Au cœur la maîtrise

Une fois de plus le réalisateur mexicain s’entoure d’Emmanuel Lubezki (Gravity, Burn After Reading, Tree Of Life) directeur de la photographie inclassable, immense phénix de l’image et maître technique, homme d’exception et films d’exception tout simplement. Avec The Revenant il s’attaque, caméscope à la main, au vent glacial, s’enfouit dans la neige sans trembler, aborde les rivières puissantes de Yellowstone avec sa caméra comme radeau. Le chef opérateur nous épate et séduit encore, et c’est sans difficulté qu’il compose avec une lumière et un éclairage essentiellement naturel. Il nous délivre avec grandeur et maîtrise une image riche et vive, d’un ressentit saisissant et sans aucun pareil dans le 7eme art. Lubeski ne filme pas, il règne et pilote, nous fait ressentir, gouter, respirer, souffrir, c’est son art.

the-revenant-trailer-screencaps-dicaprio-hardy38

Dernier gros point du long métrage, et loin d’être des moindres c’est  son casting cinq étoiles : Leonardo Dicaprio  et Tom Hardy. Les deux interprètes se disputent le bout de viande et autant vous prévenir les deux barbus sont affamés… prêts à se dévorer !

Une vengeance

L’histoire est très simple et c’est tout à l’honneur du film. L’ensemble est un récit graphique, d’ambiance et d’interprétation, une histoire qui danse et rampe sur les codes du western et du survival movie. Mais c’est aussi une allégorie de la vengeance absolue, celle d’une légende, celle d’un survivant et d’un formidable récit de poursuite que vous ne lâcherez que par la dyspnée provoquée par sa gravité et sa maîtrise ravageuse.

Hugh Glass, trappeur américain, est abandonné, et laissé pour mort, après une lutte violente avec un féroce grizzly. Loin de vouloir finir six pieds sous terre, il sort de sa tombe de glace ravivée par la soif de vengeance. Glass traversera les milieux les plus hostiles de l’Amérique, rampera de son corps meurtri dans la chair morte et le sang, galopera dans les tempêtes glaciales et les déserts de neige sous le rythme des percutions indiennes, sous d’éprouvantes épreuves physiques et morales, afin de châtier le meurtrier de son fils.

leo-xlarge

Une poursuite viscérale et surhumaine

Depuis la première bande annonce jusqu’aux derrières images de sapins enneigés, dans la salle obscure, nos poils se sont hérissés, notre corps s’est gelé de la tête au pieds, notre souffle à suivi celui de Léo qui rampe et mange la terre à pleine bouchée, et notre cœur a battu plein rythme à l’apparition des griffes et des crocs qui s’abattent sur votre chouchou des oscars et enfin récompensé pour sa prestation ébouriffante. Ici, c’est avec ovation que nous lui décernons spirituellement notre statuette et elle en vaut bien d’autres.

Une transe

C’est ainsi que ce film se vie et se vit, par le corps, par les tremblements de vos bras et de vos mains à chaque sons et impulsions, par vos démangeaison infatigables au fond de votre siège, par votre souffle retenu , par un corps qui souffre, qui se brise, qui pourri, qui se guéri et qui s’infortune de malheur, par votre tête qui virevolte et palpite dans l’assaut de flèches et de coups de feu, par votre affliction pour un condamné , par un surhomme en lutte, de votre profonde et viscérale tension, votre envie d’agir dans cette dispute qui vous épingle, comme une envie de vengeance.

S. Debève

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s